www.jeu-conquest-lys.fr

Vers de nouvelles alliances (V2 - partie B)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jeu Conquest of Lys Index du Forum :: L'histoire et l'univers de Lys
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
c19-Erik



Inscrit le: 07 Juin 2011
Messages: 120
Race: Eagle

MessagePosté le: Jeu Juin 09, 2011 12:26 pm    Sujet du message: Vers de nouvelles alliances (V2 - partie B) Répondre en citant

La guerre tournait en défaveur des Défenseurs de Lys. Le Grand Patriarche lysien et le Roi aak s’étaient une fois de plus enfermés dans une pièce du palais patriarcal avec leurs stratèges : il fallait renverser la situation. Pourtant, l’heure n’était plus à la recherche de solutions :
« Si nous n’avions pas perdu cette ville, nous pourrions les écraser, mais il a fallut que vos troupes se fassent déborder ! »
« Mes troupes ne peuvent pas faire de miracles, et si les renforts que vous aviez promis étaient arrivés nous aurions vaincu sans difficulté ! »
« Les renforts sont tombés dans une embuscade parce que vos éclaireurs n’ont pas su reconnaître efficacement le terrain ! »
« Mes éclaireurs étaient occupés ailleurs et vous le saviez ! »

La discussion s’envenimait et le Grand Patriarche voyait le moment où on en arriverait aux mains. Amplifiant magiquement sa voix, il cria d’un ton autoritaire :
« Il suffit ! »
Puis, tandis qu’une grimace s’effaçait du visage du Roi et revenant à un niveau sonore normal :
« Nous ne sommes visiblement pas dans les dispositions nécessaires à ce genre de réunion, je propose d’ajourner la séance le temps que les esprits se calment. »
Grommelant, les chefs des Défenseurs de Lys sortirent de la salle l’un après l’autre.

Du côté de l’Alliance, l’ambiance était au beau fixe : les victoires motivaient les troupes et les stratèges se sentaient pousser des ailes, inventant chaque jour de nouvelles stratégies.
L’Empereur voyait avec inquiétude la puissance des terriens grandir aussi vite que leur arrogance. A ce train-là, il ne faisait aucun doute que les Défenseurs seraient exterminés dans les mois à venir, mais lorsque ce serait fait les eagles ne seraient pas en position de force comme il l’avait prévu au départ, et les terriens parviendraient sans difficulté à les jeter hors de Lys.
Ce soir-là, il avait eu une légère altercation avec l’Amiral terrien : celui-ci s’était moqué de son collègue en lui faisant remarquer que si les eagles avançaient, ils éprouvaient de plus en plus de difficulté à se débarrasser de leurs ennemis, contrairement aux terriens qui, selon l’Amiral, ne ralentissaient même pas leur marche lorsqu’ils massacraient un groupe de combat adverse. Cela avait passablement énervé l’Empereur. Il fallait agir : la chance de contrôler Lys lui échapperait bientôt complètement…

Le Roi aak en avait assez de son homologue lysien : ce Grand Patriarche avec ses grands airs, ses manœuvres trop fines pour êtres vraiment honorables et ses plans sournois n’était vraiment pas le genre de personne qui devrait commander à un peuple de vrais guerriers. Les petits tours de passe-passe n’étant pas selon lui, révélateurs d’une sagesse de guerrier. Mais les lysiens étaient-ils de vrais guerriers ? Le Roi en doutait et tandis qu’il marchait vers le bureau privé du Grand Patriarche, il ruminait quelques mauvaises pensées à l’égard des encapuchonnés, jeunes et ignorants.
« Entrez sire », dit le Grand Patriarche lorsque le Roi frappa à sa porte, « je vous attendais. »
« Vous avez du temps à perdre. »
« Hum… L’important c’est que vous soyez là. »
« Aux faits Grand Patriarche, je n’ai pas le loisir d’attendre. »

Le Grand Patriarche fit semblant de n’avoir pas saisi l’ironie des paroles du Roi :
« J’y viens : un émissaire des eagles est venu se présenter au palais aujourd’hui. »
« Et puis ? Exécutez-le : il ne nous servira à rien. »
« L’Empereur nous propose une alliance. »

Le Roi prit le temps de digérer l’information.
« S’allier aux eagles ? Acceptons, détruisons les terriens, puis occupons nous d’eux après. »
« Non, nous refusons. »
« Pardon ? »

Le Grand Patriarche savait que le Roi aak n’allait pas apprécier, mais cela valait mieux qu’une alliance inutile.
« J’ai dis : nous refusons. Mieux : nous allons livrer l’émissaire eagles à l’Amiral terrien en lui expliquant toute la situation. »
« Et pactiser avec les terriens qui sont plus dangereux encore ? »
« Réfléchissez : si nous faisons cela les terriens vont se retourner contre les eagles et nous pourrons nous arranger pour détruire nos deux ennemis en même temps : si nous nous allions avec les eagles nous risquons de ne pas pouvoir les vaincre après que les terriens soient annihilés. »

Ces paroles ne semblèrent pas toucher le Roi.
« J’en ai assez de vos plans sournois et incertains Grand Patriarche : une telle situation engendrerait trop d’inconnues et nous ne pourrons pas tout contrôler. »
« Mais si, c’est tout simple : il suffira de… »
« Ne me parlez pas sur ce ton ! »
Le Roi avait crié, le Grand Patriarche le regarda d’un air scandalisé :
« Je vous prierais de rester calme sire ! »
« Silence ! Assez de vos ordres ! Et à vous de m’écouter maintenant : nous allons détruire les terriens avec l’aide des eagles que nous détruirons ensuite. »
« Non : nous ne pourrions rien faire de plus stupide ! »

Ce dernier mot fut de trop, le Roi en eut assez et sauta sur le bureau du Grand Patriarche, lui envoyant son poing dans la figure. Le lysien prit par surprise para maladroitement le coup et tomba à la renverse. L’aak sauta sur lui et l’attrapa par le col :
« A qui croyez-vous avoir affaire ? Cet émissaire eagle repartira avec une réponse favorable, ou il vous en coûtera. »
Mais le Roi, dans sa fureur, avait largement sous-estimé son adversaire qui n’était pas aussi assommé qu’il le paraissait. A l’aide d’un coup de genoux dans le ventre de son opposant, le Grand Patriarche se dégagea et s’écarta en titubant pendant que l’aak reprenait son souffle et tentait de calmer son excitation.
« Dehors Roi, vous n’êtes plus le bienvenu ici. »
« Vous paierez cet affront ! Désormais tâchez de ne pas apparaître sans une bonne escorte. »
« Dehors ! »
« Ainsi le pacte est brisés, les Défenseurs de Lys ne sont plus. »
« Bien, dans ce cas vous êtes un ennemi : gardes ! »

Le Roi n’attendit pas et lança immédiatement une volée de shuriken vers le Grand Patriarche qui d’un coup de pied avait retourné le bureau en protection. La Lame d’Azathoth, dégainée par le Roi, brilla et s’abattit sur le premier garde qui pénétra le bureau. Des étincelles accompagnèrent le choc bruyant et métallique. Ils arrivaient en nombre derrière le premier aussi, sentant que la chose risquait de mal tourner, le Roi activa la pierre de téléportation qu’il portait sur lui et disparu.
Le Grand Patriarche réfléchi un moment : sans les aaks il n’avait aucune chance de profiter efficacement d’une déchirure entre terriens et eagles, d’autant qu’il avait prévu de se débarrasser aussi des aaks dans l’histoire. Tant pis, il fallait changer de plans. Il fit appeler l’émissaire eagle.
« Dites à votre maître que les lysiens acceptent son offre. »

L’espion venait de faire son rapport à l’Amiral. Ainsi les eagles les trahissaient… Bah : les terriens pourraient vaincre les trois autres races réunies, il en était persuadé. Il prit un papier sur lequel il écrivit un petit mot à l’Empereur, puis convoqua un messager pour aller transmettre le mot.

L’Empereur et le Grand Patriarche étaient assis en face l’un de l’autre. En réalité, le premier utilisait une projection holographique et le second un artefact magique fonctionnant sous le même principe.
« Il est malheureux que les aaks aient décidé de faire cavaliers seuls : leur aide aurait été précieuse. »
« Oui, mais leur Roi est trop buté pour accepter votre aide. »
« Pourtant il vient de la solliciter. »

Le Grand Patriarche s’était attendu à une telle révélation mais elle ne l’inquiétait pas beaucoup, même si elle venait démentir son mensonge précédent. Il joua la surprise :
« Vraiment ? Il a dû revenir sur son idée de départ et il aura été trop fier pour m’en parler. »
« En fait, ils me proposent de m’allier à lui pour vous faire disparaître. »
« Oh. Cela ne me surprend qu’à moitié. Alors, que vous propose-t-il ? »
« Rien, mais il exige que nous réduisions notre extraction de lysepice d’une proportion assez drastique. »

« Cela ne m’étonne pas de lui. Alors, qui avez-vous choisi ? »
« Personne pour l’instant : que me proposez-vous pour me joindre à vous ? »
« Rien, et je n’exige rien non plus. »
« Je n’y vois pas un grand intérêt. »
« Moi si : votre survie. Nous avons, bien accidentellement croyez-le, laissé un espion terrien découvrir la raison de la présence de votre émissaire chez nous il y a peu. »
« Cela explique le mot de l’Amiral… Eh bien je vois que je n’ai plus le choix : j’accepte de me joindre à vous, mais à l’avenir j’espère que vous ferez plus attention à ne pas laisser filtrer d’informations compromettantes. »
« Ne vous inquiétez pas, nous serons hermétiques à toute tentative d’intrusion… d’où qu’elle vienne. »
« Ravi de l’entendre. Eh bien Grand Patriarche je vais vous laisser, que notre Coalition soit forte et puissions nous détruire les terriens. »


Le Roi aak reçut la réponse négative des eagles en même temps que la tête de son messager.
« Au moins leurs armes font-elles des coupures propres… Ces lysiens sont encore plus fourbes que je ne le croyais… Au moins en proposant ce simulacre d’alliance aux eagles ai-je pu savoir s’ils se joignaient aux traîtres. »
Un des Ducs intervint :
« Sire, nous ne pourrons pas nous en sortir seuls face à ces deux armées, d’autant plus que notre campagne contre les terriens nous affaiblit énormément. »

Le Roi se leva, s’approcha du duc, puis le frappa violemment à la gorge, le tuant presque. Debout à côté de lui, le regardant suffoquer, il se mit presque à rugir :
« Baaka ! Vous ne m’apprenez rien, Duc ! Dès que vous aurez cessé d’être inutile, envoyez un message aux terriens, nous changeons nos plans. »

Le lendemain, le Roi et l’Amiral terrien étaient face à face.
« Alors Roi, dites-moi quel intérêt j’aurais à vous aider. »
« La destruction des eagles et des lysiens, Amiral. »
« Je peux déjà l’avoir. »
« Pas si je m’allie à eux. »

L’Amiral se renfrogna : il savait bien qu’il ne pourrait pas vaincre les trois autres armées réunies, mais ce n’était pas la peine de le lui rappeler.
« Je croyais que vous les détestiez. »
« Vous pourriez me donner une raison de vous détester encore plus, Amiral. »

L’Amiral laissa échapper un grognement amusé : il ne manquait pas de culot ce primitif ! Après tout, ça ne manquerait pas d’un certain charme pittoresque de se battre à côté d’aaks.
« D’accord sire, combattons ensembles. »
« C’est le choix le plus sage, Amiral. »
« Je sais. Bon, comment appellerons-nous notre alliance ? »
« Les eagles et les lysiens ne sont que des traîtres et des manipulateurs, par opposition à ces conspirateurs, nous seront les Combattants de Lys. »
« Ha ! Ha ! Les Combattants de Lys… Très bien, cela me convient. Je vous quitte sire, j’espère vous revoir très bientôt à mes côtés sur un champ de bataille. »

L’Amiral éclata d’un grand rire et son hologramme, technologie prêtée par les eagles aux terriens, disparu.
« Ris bien, inférieur à peau rose », pensa le Roi aak, « ton armée ne restera pas toujours la plus puissante et ton tour viendra aussi. »

(Rp écrit par Torpille et Flesk)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jeu Conquest of Lys Index du Forum :: L'histoire et l'univers de Lys Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media