www.jeu-conquest-lys.fr

3ème partie: Une nouvelle Ere (v3)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jeu Conquest of Lys Index du Forum :: L'histoire et l'univers de Lys
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
c19-Erik



Inscrit le: 07 Juin 2011
Messages: 120
Race: Eagle

MessagePosté le: Dim Juil 17, 2011 12:29 am    Sujet du message: 3ème partie: Une nouvelle Ere (v3) Répondre en citant

Chapitre XIV : Les conséquences de la guerre.

La grotte était humide. Le Roi aak, assis sur son trône au milieu de celle-ci, avait l'air troublé. Le peuple ne le comprenait plus. Ses sujets se posaient tous les mêmes questions: pourquoi restait-on alliés aux Terriens ? Pourquoi le Roi avait-il maintenu cette alliance alors qu'elle n'était plus nécessaire ? Où était l'honneur maintenant ? La victoire justifiait-elle qu'on n'en oublie les préceptes ? Le but de ces fiers guerriers à carapace était de protéger le lysepice, alors pourquoi s'allier avec ceux qui le volaient ? Les Aaks ne pouvaient cependant pas refuser de se battre, et leur sens de l'honneur les empêchaient toute révolte, ou même tout signe de mécontentement. L'autorité du Roi n'était pas encore remise en question à grande échelle, mais on le défiait de plus en plus souvent. Il avait dû affronter plusieurs des meilleurs guerriers aaks au cours de combats à mort. Il n'aimait pas devoir priver la nation aak de tels combattants, mais les lois l'obligeaient à accepter tout défi officiel s'il voulait garder son trône.
Contrairement à celles des autres races, son armée était restée puissante pendant la guerre. Les grottes et leur connaissance du terrain permettait aux Aaks d'attaquer par surprise et de bien préparer leurs défenses. Leur vrai point fort n'était toutefois pas le terrain : leur avantage venait de leur honneur. Ils ne se rendaient jamais et combattaient jusqu'à la mort. Les guerriers aaks restaient dangereux en tout temps.
Après toutes ces batailles, la ténacité des Aaks commençait à payer. La Coalition était en passe de perdre la guerre, et le Roi ne doutait pas qu'il pourrait ensuite détruire les Terriens. Il pensait que la victoire était proche et que le lysepice serait bientôt sauf. Il avait tort.

Confortablement assis dans le fauteuil de sa tente de commandement, l’Empereur parcourait distraitement les derniers rapports de la situation sur Aldernest. Sans surprise, tout allait pour le mieux : ses opposants politiques se tenaient tranquilles et le peuple était généralement indifférent, ce qui était le mieux que l’on puisse attendre de la nation eagle. Une paix précaire régnait.
Mais l’Empereur savait que tout risquait bientôt de changer. Il avait jusqu’à maintenant muselé ses ennemis en s’assurant le contrôle de tous les approvisionnements de lysepice nécessaires à la survie de la planète eagle. En cas de guerre civile, l’Empereur n’aurait qu’à dire un mot pour qu’Aldernest ne reçoive plus un gramme du précieux minerai, condamnant ainsi la planète à la destruction. Ses opposants ne pouvaient donc pas obtenir assez de soutien, les risques étant bien trop élevés ; ils en étaient réduits à attendre leur heure.
Malheureusement, la guerre sur Lys était loin d’être un succès. Les Eagles et leurs alliés lysiens subissaient défaite sur défaite et l’Empereur avait absolument besoin d'une trêve pour retirer ses troupes, se reconstituer une armée plus puissante et adaptée avant de revenir en force. Mais si le lysepice récolté était suffisant pour faire tourner le réacteur d’Aldernest, il ne l’était pas pour se constituer des réserves. Quitter Lys, même temporairement, revenait à condamner la planète eagle. Les soldats à l'armure blanche devaient donc rester à combattre, ce qui empêchait de reconstituer l'armée correctement. Le seul espoir de l’Empereur était que le vent tourne suffisamment longtemps pour pouvoir se constituer de bonnes réserves, ou qu’une trêve soit déclarée. Mais les deux options paraissaient bien improbables…

Le Grand Patriarche venait de quitter la salle où étaient retenus les prisonniers, après avoir ordonné de les tuer. La tête du meneur de cette révolte serait affichée en exemple. Les prisonniers faisaient partie d'une bande de quelques dizaines de Lysiens qui avait attaqué le Grand Patriarche et son escorte. La bataille avait tourné court, les gardes du Grand Patriarche étant bien mieux entrainés et organisés que leurs assaillants. Ce n’était toutefois pas l’attaque elle-même qui inquiétait le souverain, c’en étaient les implications.
Ce groupe était le quatrième à avoir tenté sa chance. A chaque fois, les traitres avaient subi un châtiment exemplaire, mais chaque fois, une autre bande avait essayé seulement quelques semaines plus tard. Le peuple était mécontent et ces escarmouches n’étaient qu’une manifestation de sa colère. On murmurait que le Grand Patriarche avait perdu les faveurs des dieux et que c’était la raison pour laquelle la guerre n’était pas terminée et que les Lysiens subissaient défaite sur défaite. En signe de protestation, de nombreux citoyens avaient cessé de se rendre au temple pour les offices, et le clergé perdait de son ascendant sur le peuple.
Pour le pouvoir en place, la situation était désastreuse : si une solution n’était pas trouvée, ce n’était qu’une question de temps avant qu’une guerre civile n’éclate ; il fallait agir. Après de nombreuses heures de réflexion sur la meilleure conduite à tenir, le Grand Patriarche eut une idée de génie. Il s’enferma dans la salle des archives du palais lysien en ordonnant qu’on ne le dérange pas.

« Mon Amiral ! »
Après le salut martial traditionnel, l’agent des services secrets terriens sortit du bureau de l’Amiral, y laissant le dossier qu’il était venu apporter. L’Amiral regarda d’un œil morne l’inscription « Top Secret » inscrite sur la couverture, il ne s’attendait pas à de meilleures nouvelles que les vingt fois précédentes. Toutefois, son travail était de lire ce dossier, quelque soit l’intérêt qu’il y portait, et il se mit à la tâche sans plus tarder. Il lui suffit de quelques lignes pour changer d’avis, cette fois l’information valait le coup. Il parcourut le dossier aussi vite qu’il le put, impatient d’arriver à la conclusion. Celle-ci ne le déçut pas : ça y était, le projet Vengeur était arrivé à terme.
Le Vengeur était le nom d’un vaisseau spatial de combat qui serait capable de s’arracher à l’atmosphère de Lys et de traverser l’espace en direction de la Terre contre laquelle les Terriens de Lys voulaient prendre leur revanche. Grâce aux armes surpuissantes alimentées par le lysepice récolté avec soin par les Terriens, le Vengeur serait capable de détruire l’armada terrienne sans difficulté et, une fois sur la planète, les envahisseurs n’auraient aucun mal à vaincre les armées défenseuses qui n’avaient pas l’entrainement de plusieurs générations de combat sur Lys. La Terre tomberait, et les Terriens de Lys seraient vengés.
Il avait fallu des dizaines et des dizaines d’années pour mener le projet à bien. Il avait débuté peu après la formation de l’armée terrienne sur Lys, puis avait été abandonné à cause de l’absence de résultat et du coût en ressource. Un général renégat avait tenté de le continuer en secret mais les responsables terriens s’en étaient aperçus et avaient manipulé les Lysiens et les Eagles pour que ceux-ci s’occupent du problème sans frais pour les Terriens. Quelques années plus tard, alors que la première guerre s’enlisait mais que les réserves de lysepice augmentaient, le projet revint sur le devant de la scène. Il fallut des années pour obtenir les premiers résultats, le problème principal étant d’arriver à faire voler le vaisseau dans l’atmosphère lysienne, assez longtemps pour en sortir. Il fallait aussi s’assurer que les Aaks, Eagles et Lysiens ne risquaient pas de repérer l’engin. Mais finalement, après une longue et lente progression sur plusieurs générations de chercheur, le vaisseau était opérationnel.
Tout n’était pas encore gagné : embarquer l’armée dans le vaisseau prendrait plusieurs jours pendant lesquels les Terriens seraient vulnérables. Les autres camps risquaient fort d’attaquer de potentiellement d’endommager le Vengeur, ne pouvant pas se permettre de prendre le moindre risque à ce sujet. La situation actuelle ne permettait pas de lancer l’opération, il fallait attendre une occasion où les Aaks, Eagles et Lysiens seraient trop occupés pour s’inquiéter des activités des Terriens. Cela n’allait pas être facile et l’Amiral savait que ses services secrets allaient travailler dur pour mettre au point un plan infaillible. Il ne se doutait pas que les Lysiens eux-mêmes allaient bientôt lui fournir l’occasion parfaite…

Chapitre XV : Les Mort-Vivants.

C'était un magnifique après-midi ensoleillé sur Lys, vers la fin de l'automne, quand des feuilles de toutes les couleurs reposaient sur le sol. Le soleil venait seulement de quitter le zénith une demi-heure plus tôt. Malheureusement, pour le Grand Patriarche lysien, les nouvelles n'étaient pas aussi ensoleillées que la journée. La situation s’était encore envenimée et il savait que la défaite de la Coalition était proche. Les messagers arrivaient en flot incessant, annonçant mauvaise nouvelle sur mauvaise nouvelle. Devant le désastre imminent, le Grand Patriarche prit une décision qui allait changer la face de Lys : il décida d'invoquer la magie interdite, malgré les risques énormes que cela représentait. Il avait longtemps parcouru les archives lysiennes à la recherche des sorts maudits qui pourraient renverser la situation. Il savait que la magie interdite attaquerait tout le monde, son armée incluse, c’est pourquoi il avait hésité jusque là. Mais maintenant, il avait besoin d'une distraction, et il n'hésita plus. Il réunit les principaux prêtres de tous les cultes de Lys et leur exposa son plan. Ceux-ci étaient tout aussi avides de trouver une solution et ils acceptèrent de suivre l’idée du Grand Patriarche.
Les invocations durèrent plusieurs jours, dans une région trop éloignée des combats pour être repérée par les armées ennemies. A l’issue de rituels complexes, le sort fut lancé. Le ciel s’assombrit, et la planète entière trembla, comme si Lys frissonnait à l’idée de ce qui allait se passer, car toutes les créatures de Lys allaient bientôt découvrir que cette magie n'était pas interdite sans raison.
Près des gisements de lysepice le sol commença à trembler et à se soulever, comme si quelque chose était entrain de creuser son chemin vers la surface. Le cauchemar allait bientôt commencer.

Quelques jours plus tard, l'Amiral terrien reçut un message affirmant que de nouvelles créatures étranges, jamais vues auparavant, étaient apparues un peu partout. Ces êtres étranges avaient une résistance physique hors norme et attaquaient tout ce qu'ils voyaient, de n'importe quel camp. En voyant des captures d'images de ces créatures, prises grâces à des jumelles longue visée, l'Amiral pensa aux films qu'il avait vu dans le cinéma terrien. Il décida de nommer ces créatures les « Mort-vivants ».

Cette nouvelle n'était pas seulement parvenue aux oreilles de l'Amiral. Les autres armées avaient toutes entendu parler de ces créatures, d'une puissance quasi inégalée, détruisant tout ce qu'elles voyaient. Toutes les armées étaient attaquées par ces êtres surgis des enfers et subissaient d'énormes pertes à une vitesse incroyable. Les chefs se demandaient comment ils pourraient survivre à ces affrontements désastreux.

Alors, un conseil entre les quatre races dut être tenu, ce qui ne s'était jamais produit auparavant sur Lys. L'Amiral de la Flotte terrien, le Grand Patriarche lysien, le Roi aak, et l'Empereur eagle étaient tous présents. Après des années de lutte, les quatre armées étaient affaiblies et cette nouvelle force, les Mort-vivants, était plus nombreuse et plus puissante qu'eux. Il était évident qu’ils ne pourraient les vaincre sans s'unir.
Le Roi aak accusa le Grand Patriarche d’être responsable du désastre et celui-ci ne chercha pas à le cacher. Les Aaks et Lysiens avaient combattus ensemble les Mort-Vivants des siècles auparavant et les deux chefs savaient très bien que les monstres n’avaient pas pu se libérer d’eux-mêmes, même si la version officielle du gouvernement lysien était que la guerre avait affaibli les sorts de protection. Sans se départir de son calme, le Grand Patriarche lysien expliqua que les créatures, contrairement à leur apparence, n’étaient pas dépourvues d’intelligence et étaient commandées par de redoutables chefs d’une puissance dévastatrice et d’une intelligence diabolique.
Le Grand Patriarche Lysien insista sur le fait que la seule option était de s’unir pour survivre. Les Mort-vivants n’auraient aucun mal à détruire des armées isolées ou divisées. Il était futile de croire que le contraire soit possible, il fallait ordonner un cessez-le-feu général. Malgré leur ressentiment envers leur homologue lysien qui était à l’origine de leur problème, les chefs des autres camps acceptèrent. Ils savaient tous que l’apparition des Mort-Vivants pouvait être tournée à leur avantage, à condition qu’ils parviennent à leur survivre.

Chapitre XVI : La Grand Alliance.

Ainsi naquit la Grande Alliance qui unit les quatre races combattantes de Lys contre l'ennemi venu des entrailles de Lys, qui semait la mort et la destruction. Les combats contre les Mort-Vivants étaient rudes mais, grâce à l'utilisation commune des moyens de transports de chaque race, du partage des villes et une stratégie soigneusement préparée, la Grande Alliance commença à reprendre l'avantage et à en apprendre plus sur ces étranges guerriers qui utilisaient une puissante magie nécromancienne. Ils réussirent, grâce à la coordination des troupes, à repousser les ennemis.

Les Mort-vivants, voyant que ceux qu'ils avaient jugé comme des créatures inférieures savaient se battre, invoquèrent le Nightmare. C'était une créature si puissante qu'à elle seule elle détruisait des légions entières de soldats de chaque race, même les meilleures. Quand elle arrivait sur les champs de bataille, c'était presque comme si le ciel s’assombrissait. Une ombre permanente l'entourait, son souffle était ténèbres, ses contours étaient flous, tellement elle était une concentration néfaste de pouvoirs nécromanciens. Son pire atout était que les tirs semblaient le traverser, alors que chacune de ses attaques écrasait les armées de la Grande Alliance. De nombreux soldats disparurent, la puissance du Nightmare en empêchant beaucoup de profiter des moyens de résurrection de leur race. Sachant que s'ils ne faisaient rien, ils n'auraient rapidement plus de troupes, la Grande Alliance décida de concentrer toutes ses ressources sur l’élimination du Nightmare.
Le Grand Patriarche, ayant étudié les textes anciens, découvrit la source de la puissance du Nightmare. Elle provenait de trois gisements de lysepice particuliers que les Mort-vivants appelaient les « pierres crâne ». Très rapidement les meilleures forces furent rassemblées. Les pierres crânes furent détruites après de rudes batailles, où ruse ainsi que force brute furent utilisées conjointement. Sans les pierres crânes, le Nightmare était affaibli. Il n'en restait pas moins redoutable. Les soldats des quatre armées de la Grande Alliance traquèrent le Nightmare et entamèrent le combat. Les Aaks, principalement au corps à corps, le bloquaient pendant que les Eagles et Terriens lui tiraient dessus sans arrêt. Le Grand Patriarche ainsi que les grand prêtres incantèrent un sort très puissant qui matérialisa totalement le Nightmare. Il mourut de ses blessures, son aura noire s'élevant dans le ciel en volutes de fumée. Ce n'était toutefois pas une victoire totale. Le Roi aak, qui avait mené l'assaut, avait aussi reçu de terribles blessures. Il mourut quelques instants après la bataille, son destin accompli, et les Aaks sauvés de ce danger.

La mort du Roi aak porta un coup dur à sa nation, d’autant que beaucoup de ses soldats d’élites avaient trouvé la mort dans la bataille contre le Nightmare. Le peuple considérait déjà que la guerre pour le contrôle de la surface ne le concernait plus, l’honneur ayant déserté les champs de bataille, et ce nouveau revers attisa sa colère. Le nouveau Roi savait qu’il allait faire face à une guerre civile s’il poursuivait la guerre, il décida donc de retirer ses troupes de la surface.
Il annonça toutefois que des confréries guerrières pourraient être appelées à remonter de temps à autre pour des missions ponctuelles ou simplement pour s’entrainer. Cela lui permettrait de s’assurer que les intérêts aaks à la surface n’étaient pas totalement perdus et de préparer un éventuel retour de ses troupes si la situation changeait.

La disparition du Nightmare semblait devoir enterrer la menace des Mort-vivants. Le retrait des troupes aaks n’eut que peu de conséquence face à la faible résistance qu’offraient maintenant les créatures démoniaques. Les légendes lysiens parlaient d’un artefact, l’Orbe Démoniaque, enterré dans une région reculée de Lys et qui avaient servi à combattre les Morts-Vivants dans l’ancien temps. Personne ne savait s’il y avait un fond de vérité dans ces mythes, mais puisque la Grande Alliance n’avait pas de meilleur objectif à définir, on décida d’aller explorer la région en question.
Les armées eagles, lysiennes et terriennes se mirent en marche, prenant chacune un itinéraire différent pour détruire un maximum de Mort-vivants sur leur chemin. Il ne leur fallut pas longtemps pour atteindre leur objectif. Les mouvements des armées ayant été coordonnés, elles arrivèrent sur la zone à peu près en même temps.
On s’apprêtait à entamer les recherches lorsque le sol de Lys trembla à nouveau, la magie interdite continuant à faire son office. Alors que d’énormes crevasses s’ouvraient dans le sol en avant des troupes, les chefs donnèrent l’ordre de s’arrêter. Le sol trembla pendant plusieurs minutes puis, devant les yeux ébahis des soldats des trois races, les murs d’une forteresse gigantesque sortirent du sol dans de grands nuages de vapeur.
Alors que la vapeur retombait et que les responsables de la Grande Alliance tentaient d’établir le contact, un rire s’éleva, provenant de la forteresse. C’était le rire le plus machiavélique que les soldats eussent jamais entendu, il était si puissant et si démoniaque qu’il couvrait tous les autres sons et semblait résonner dans leur tête. Le rire s’arrêta aussi soudainement qu’il avait commencé, puis une voix s’éleva à sa place, qui disait :
« Je suis le Roi de Lys, ceux qui s’opposeront à mon règne et à celui de notre vénérée Reine seront détruits. »
Personne n’osa répondre. Le Roi des Mort-vivants ne se manifesta pas plus avant et les chefs des trois camps purent tenir conseil par communicateur interposés. De leur position, les Eagles et les Lysiens pouvaient voir une porte monumentale. Les Terriens arrivaient du côté opposé à la porte et affirmèrent qu’il y en avait une autre de leur côté ; ils proposèrent de faire une percée par cette porte pendant qu’Eagles et Lysiens menaient l’assaut principal de leur côté. La tactique fut adoptée et les trois camps se mirent en marche.

L’Amiral terrien se frottait les mains. Contrairement à ce qu’il avait affirmé, il n’y avait aucune porte de son côté de la forteresse, mais il venait d’obtenir une occasion en or. Il attendit que les Eagles et Lysiens entament les combats pour téléporter son armée vers le site où le Vengeur était dissimulé. Les deux autres armées, trop occupées par le combat, ne s’apercevraient de rien avant qu’il ne soit trop tard.
La population terrienne n’avait pas été mise au courant pour éviter les risques de fuite, et devoir quitter Lys aussi précipitamment dans un vaisseau inconnu ne plut pas à tout le monde. Les Terriens survivants étaient presque tous nés sur Lys et beaucoup d’entre eux n’avaient aucune envie d’aller sur Terre. Certains étaient prêts à aller coloniser un autre monde plus accueillant, mais la perspective de quitter une guerre pour entrer dans une autre ne les enchantait guère.
Pourtant, la Terre avait aussi ses attraits : un monde rempli d’autres humains où la technologie régnait en maitresse, et où certains pourraient peut-être retrouver des membres de leur famille… sans compter l’envie de vengeance que leurs parents et grands-parents leur avait transmise.
La majorité des soldats décida de suivre l’Amiral. De petits groupes se rebellèrent et fuirent pour ne pas être emmenés de force, l’Amiral décida de ne pas les poursuivre, le temps jouant contre eux.
En deux jours seulement, la nation terrienne de Lys fut prête à s’envoler vers l’espace. Les portes du Vengeur se fermèrent, abandonnant sur la planète ceux qui avaient voulu y rester. Dans le grondement assourdissant de ses moteurs, le vaisseau s’éloigna peu à peu de la terre ferme, montant dans le ciel de plus en plus vite. Tout tremblait à l’intérieur des parois métalliques et, dans la salle de contrôle, les voyants étaient au rouge. Le champ électromagnétique tentait de ramener l’engin vers la planète, mais le Vengeur luttait, mu autant par ses moteurs que par la volonté de fer de ses pilotes et de ses mécanos.
Alors que la coque était soumise aux pires contraintes et que les passagers s’attendaient à exploser à tout moment, un « hourra » retentit de la salle des commandes : le vaisseau venait de quitter l’atmosphère lysienne et la force du champ électromagnétique décrut rapidement. Après plusieurs générations de guerres incessantes, les Terriens avaient finalement échappé à Lys.

Pendant ce temps, la bataille faisait rage dans la forteresse des Morts-Vivants. La Grande Alliance, maintenant réduite à deux armées seulement, avait enfoncé les défenses extérieures en mettant à bas la grande porte, mais s’était heurtée à une horde de créatures. Un autre mur, apparemment indestructible, les séparait du Roi. Heureusement, la magie des Morts-Vivants était similaire à celle des Lysiens et ces derniers utilisèrent leur propre magie pour repérer la clef qui allait permettre d’ouvrir la porte. Ils trouvèrent aussi des parchemins indiquant la position exacte de l’Orbe Démoniaque.
La résistance des morts se fit encore plus acharnée alors que les Eagles et Lysiens s’approchaient du Palais des Enfers au centre de la forteresse. Pendant qu’une grande bataille se jouait au palais, un petit groupe de soldats d’élite des deux camps se fraya un chemin jusqu’à la position supposée de l’Orbe et parvint à la trouver. Le Roi tenta de fuir alors que ses armées étaient lentement mises en déroute, mais il fut repéré et encerclé. Le porteur de l’Orbe s’avança vers le Roi et l’artefact s’activa, absorbant le monarque et toute sa puissance. Privé de ses pouvoirs, la créature ne pouvait plus maintenir sa forme physique et elle disparut dans un nuage de cendres, vaincue.

Après la prise du palais des enfers, un parchemin fut trouvé. Il indiquait l’emplacement de la reine mère : elle se cachait au-delà des grandes mers, dans les royaumes oubliés. Sur le parchemin, une étrange prophétie était écrite :
« Les trois cités oubliées détenaient le secret de l’amulette de marna. Lorsque les citées furent libérées et le secret percé, la grande armée attaqua l’antre de la reine mère génératrice des Morts-Vivants. L’amulette de marna emprisonna la reine pour enfin libérer le monde de ce fléau. »

Les Lysiens et les Eagles repérèrent le vaisseau terrien peu avant qu’il ne soit prêt à décoller, mais il était trop tard pour intervenir. Craignant un bombardement depuis l’espace, ils se mirent à couvert et des ordres furent envoyés pour préparer une contre-attaque magique et technologique. Mais le vaisseau ne s’intéressait plus à Lys et les Eagles purent bientôt confirmé qu’il avait quitté l’orbite de Lys et s’enfonçait dans l’espace.
Les Eagles étaient surpris des capacités technologiques des Terriens : malgré leur avance technologique ils n’avaient toujours pas réussi à faire voler un engin dans l’atmosphère lysienne. Cela prouvait au moins que la chose était possible, l’Empereur en pris bonne note.

Bien que les Terriens fussent partis, les Eagles et Lysiens savaient être assez puissants pour pouvoir mettre fin à la menace des Morts-Vivants. Ils se mirent donc en marche vers les royaumes oubliés, se hâtant pour ne pas laisser à leurs ennemis le temps de trop se préparer.
Les royaumes oubliés étaient situés dans une région de Lys qui avait été relativement épargnée par la guerre à cause de son manque d’intérêt stratégique et de la pauvreté de ses rares gisements de lysepice. Les démons contrôlaient maintenant toute la région et la Grande Alliance dû faire face à des attaques dès son arrivée.
Sans attendre, ordres furent donnés d’attaquer la ville la plus proche pour la soustraire aux Morts-Vivants. La bataille fut violente mais rapide et l’Alliance vainquit. Les parchemins de marna furent trouvés dans les archives de la ville, tout comme l’Orbe Démoniaque, les Morts-Vivants n’étaient pas capables de toucher ces précieux artefacts qui contenaient le secret de leur destruction, ils étaient donc réduits à les défendre coûte que coûte.
La Grande Alliance pris la seconde ville, puis la dernière, rencontrant chaque fois plus de résistance. La bataille complète dura plusieurs semaines, mais les Eagles et Lysiens furent finalement en possession des trois fragments de parchemins de marna. Il fallut encore plusieurs jours pour arriver à les déchiffrer pendant que les troupes affrontaient les troupes ennemies, regroupées autour du cocon magique indestructible où la Reine était enfermée et d’où elle produisait toujours plus de troupes. Le texte disait :
« Cette longue marche vers le nord nous amena enfin à la cité. Elle permettrait de nous faire oublier cet infâme « marais effacé » et de reprendre des forces. Au nord de la ville, l'armée s'était regroupée dans la montagne de l'isolement. Elle attendait que l'amulette soit récupérée avant de lancer l’assaut. Après une nuit de sommeil, nous partîmes pour l'île perdue où se trouvait l'amulette. Un long voyage de soixante-quatre lieues nous attendait.
Quelle joie de retrouver l'amulette de marna une fois sur place ! Il était temps d'aller rejoindre l'armée et de détruire la reine mère. Quarante-six lieues plus loin, nous retrouvâmes notre armée en face de la Reine. Nous étions tous impatients de livrer cette dernière bataille pour libérer Lys de ce fléau. »
Tout se joua alors en quelques jours : l’amulette fut amenée au front où le gros de l’armée peinait maintenant à contenir les Morts-Vivants. Un assaut dirigé exclusivement contre le cocon protégeant la Reine permit de l’approcher suffisamment pour activer l’artefact et le détruire. Dans un grand flash lumineux, la Reine fut aspirée dans l’amulette. Celle-ci échappa des mains de son porteur et s’éleva dans les airs avant de disparaitre dans un grand bruit. Avait-elle explosé ou simplement disparu ? Personne n’aurait su le dire, mais une chose était sûre : la guerre était presque gagnée.
Les troupes se préparèrent à en finir avec les Morts-Vivants une bonne fois pour toute, mais ceux-ci eurent une réaction inattendue : ils s’enfuirent dans toutes les directions. Beaucoup d’entre eux furent tués dans leur fuite mais un grand nombre parvint à s’échapper et disparut dans la nature. La Grande Alliance savait qu’ils ne représentaient plus une véritable menace dans l’immédiat, mais il y avait toujours le risque que d’autres créatures spéciales puissent créer plus de Morts-Vivants et que ceux-ci se réorganisent. Toutefois, rien dans les légendes lysiennes ne parlait de telles créatures en-dehors de la Reine elle-même, on décida donc de ne pas trop s’inquiéter à ce sujet, seulement de garder un œil sur les Morts-Vivants pour pouvoir intervenir si nécessaire.

Chapitre XVII : La Troisième Guerre.

La disparition de la Reine mit fin à la deuxième guerre. Eprouvées par leurs batailles, les armées eagles et lysiennes annoncèrent une trêve et les chefs de deux camps s’assirent à la table des négociations. Celles-ci durèrent longtemps et l’on finit par trouver un compromis : les Eagles allaient officiellement quitter Lys pour apaiser la population, mais le Grand Patriarche les autorisait officieusement à exploiter les gisements de lysepice d’une région isolée dont la population avait été décimée par les Morts-Vivants. Cette région était pauvre en ressources et ne pourrait pas satisfaire les Eagles très longtemps, mais ceux-ci acceptèrent malgré tout, il ne s’agissait que de gagner du temps avant la prochaine guerre.

L’avantage d’exploiter le lysepice en temps de paix est qu’il n’est pas nécessaire de l’extraire à toute vitesse comme lors des guerres qui demandent de prendre tout ce que l’on peut avant d’envahir une autre région. Le minerai est moins perdu dans le procédé et il est donc possible de tirer bien plus d’un même filon. Grâce à cela, la paix dura bien plus longtemps que prévu et ce n’est que plusieurs années après la fin de la seconde guerre que les Eagles commencèrent à approcher de la fin de leurs réserves.
Il aurait été facile d’éviter la guerre en offrant un autre gisement caché aux Eagles, mais le Grand Patriarche décida qu’il était temps de reprendre les combats. La société lysienne s’était stabilisée depuis la fin de la seconde guerre et le clergé avait mis à profit l’épisode des Morts-Vivants pour reprendre le contrôle de la population. Malheureusement pour le Grand Patriarche, les prêtres n’étaient pas partageurs et ils possédaient maintenant trop d’ascendant sur lui à son goût. Une nouvelle croisade contre les Eagles lui permettrait de reprendre la main.

L’Empereur ne fut pas surpris lorsque ses espions lui indiquèrent que la propagande lysienne parlait d’un retour des Eagles sur Lys et d’une nouvelle invasion massive. Ses armées étaient déjà prêtes et il n’eut qu’à leur donner l’ordre de se mettre en marche. Cela l’arrangeait aussi à vrai dire : tant que l’approvisionnement en lysepice ne serait pas sécurisé sur le long terme, personne n’oserait déposséder celui qui le contrôlait.

Eagles et Lysiens ne tardèrent pas à trouver un champ de bataille. Le bruit des armes, qui n’avait pas résonné sur Lys depuis des années, retentit à nouveau, sonnant l’entrée des deux races dans la Troisième Guerre de Lys.

Rp écrit par Torpille et Lelapin en collaboration avec C19-Erik
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jeu Conquest of Lys Index du Forum :: L'histoire et l'univers de Lys Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media